Related Rule
Cameroon
Practice Relating to Rule 87. Humane Treatment
Cameroon’s Disciplinary Regulations (1975) instructs combatants to “treat humanely … all persons hors de combat”. 
Cameroon, Règlement de discipline dans les Forces Armées, Décret No. 75/700, 6 November 1975, Article 31.
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) instructs combatants to “treat humanely … all regular combatants hors de combat”. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, § 421(1).
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006) states that members of the armed forces are obliged “to treat humanely … all regular combatants hors de combat”. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 256, § 612.
The manual, in a section entitled “Safeguarding the enemy hors de combat”, also states: “The fundamental principle consists of preserving the human dignity of each victim of war in accordance with the Geneva Conventions and their Additional Protocols.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 105, § 372; see also p. 149, § 432.
The manual, under the heading “Responsibility for Acts or Omissions of Which Subordinates Are Accused”, further states that a commander may be held responsible for any “inhuman treatment” committed by his subordinates. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 99, § 36; see also p. 141, § 421.
The manual also states:
The following acts constitute grave breaches [of IHL]:
a) … inhuman treatment;
b) intentionally causing great suffering or grave infringements of physical or psychological integrity;
c) inhuman or degrading practices which result in outrages upon personal dignity. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 295, § 661.
Cameroon’s Disciplinary Regulations (2007) states:
Article 31: Humanitarian rules
Every soldier must:
- treat humanely, without distinction, all persons placed hors de combat. 
Cameroon, Règlement de discipline générale dans les forces de défense, Décret N° 2007/199, Président de la République, 7 July 2007, Article 31.
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) instructs the soldier to treat civilian persons in his or her power humanely. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, § 532.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006), under the heading “Rules for Conduct in Combat”, states: “Civilians: respect them; … treat them humanely if they are in your power … protect them from ill-treatment [and] acts of vengeance.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 31; see also pp. 51, 77, 107 and 323.
The manual also states under the heading “Responsibility for Acts or Omissions of Which Subordinates Are Accused” that a commander may be held responsible for any “inhuman treatment” or “unjustified brutalities against civilian populations” committed by his subordinates. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 99, § 36; see also p. 141, § 421.
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) provides: “The sick, wounded and shipwrecked shall be treated humanely … and protected.” 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 44, § 163; see also p. 41, § 152.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006) states: “The sick, wounded and shipwrecked must be treated humanely, cared for and protected.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 164, § 463; see also p. 117, § 392, p. 122, § 403 and p. 159, § 452.
Cameroon’s Disciplinary Regulations (1975) provides: “From the moment of their capture, prisoners must be treated humanely. They must be protected against any acts of violence, insults and public curiosity.” 
Cameroon, Règlement de discipline dans les Forces Armées, Décret No. 75/700, 6 November 1975, Article 33.
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) provides that captured enemy combatants shall be treated humanely. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, §§ 152 and 532 and p. 96.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006), under the heading “Rules for Conduct in Combat”, states: “Enemy combatants who surrender: treat them humanely.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 31; see also pp. 51, 77 and 107.
The manual, under the heading “Protection of Enemy Combatants”, also states that prisoners of war “must be spared and treated humanely … Such treatment applies only to combatants who refrain from any hostile acts.”  
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, pp. 230–231, § 544; see also , p. 117, § 392, p. 159, § 451 and p. 323.
Cameroon’s Disciplinary Regulations (2007) states:
Article 33: Treatment of prisoners of war
From the moment of their capture, prisoners must be treated humanely. They must be protected against any acts of violence, insults and public curiosity. They are entitled to respect for their person and their honour as soldiers. 
Cameroon, Règlement de discipline générale dans les forces de défense, Décret N° 2007/199, Président de la République, 7 July 2007, Article 33.