Related Rule
Cameroon
Practice Relating to Rule 65. Perfidy
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) states: “Perfidy is condemned … by the Law of War.” 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 149, § 531.1.
The manual describes perfidy as “claiming an international protection with an intent to betray the enemy”. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 30, § 131 and p. 89, § 222.
The manual also provides the same definition of perfidy as that contained in Article 37(1) of the 1977 Additional Protocol I. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 63, § 234.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006) provides that “perfidy is … prohibited by the law of armed conflict”. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 59, § 251; see also =p. 85, § 341 and p. 323.
The manual adds:
Acts inviting the confidence of an adversary to lead him to believe that he is entitled to, or is obliged to accord, protection under the rules of international law applicable in armed conflict, with intent to betray that confidence, shall constitute perfidy. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 183, § 494.A; see also . p. 103, § 371 and p. 147, § 431.
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) states that it is prohibited “to kill, wound or capture an adversary by resort to perfidy”. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 109, § 421.1.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006) states that it is prohibited to “kill, wound or capture an adversary by resort to perfidy”. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 256, § 612.
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) provides that “feigning incapacitation by wounds or sickness” is an example of perfidy. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 63, § 234.
Likewise, “feigning being hors de combat” is qualified as an act of perfidy. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 149, § 531.1.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006) lists “feigning being hors de combat” as an “act of perfidy”. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 59, § 251; see also p. 85, § 341 and p. 183, § 494.A.
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) provides that “feigning to surrender” is an example of perfidy. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 30, § 131.1, p. 63, § 234 and p. 90, § 222.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006) lists “feigning to surrender” as an “act of perfidy”. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 103, § 371; see also p. 147, § 431 and p. 222, § 222.
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) states that “feigning to negotiate under the flag of parlementaires” is a perfidious act. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 30, § 131.1 and p. 90, § 222; see also p. 63, § 234.
Furthermore, the manual states that “abuse of the flag of parlementaires to surprise the enemy” is also an act of perfidy. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 149, § 531.1.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006) states that “the abuse of the flag of truce to surprise the enemy” constitutes an “act of perfidy”. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p 59, § 251; see also p. 85, § 341 p. 183, § 494.A and p. 222, § 222.
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) states that “using the emblems of the Red Cross or Red Crescent to transport personnel or material intended for the war effort” is considered a perfidious act. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 64, § 234.
According to the manual, “abuse of the signs of the red cross or red crescent” is also a perfidious act. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 149, § 531.1.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006) states that “the abuse of the signs of the Red Cross, Red Crescent or Red Crystal” constitutes an “act of perfidy”. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p 59, § 251; see also p. 85, § 341 and p. 183, § 494.A.
The manual further states that “using the emblems of the Red Ross, Red Crescent or Red Crystal to transport personnel or material designated for the war effort” is an act of perfidy. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p 193, § 494.A.
The manual also states:
The perfidious use of the following signs and signals constitutes a grave breach [of IHL]:
a) Distinctive signs indicating specially protected persons or objects
b) Other protective signs that are recognized by the law of armed conflict
c) Distinctive signs used for the identification of the medical service and civil defence. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 296, § 661.
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) provides that “feigning having a protected status by using signs, emblems or uniforms of the United Nations” is an example of perfidy. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, pp. 63 and 64, § 234.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006) states that “feigning having protected status by using the signs, emblems or uniforms of the United Nations” constitutes an “act of perfidy”. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 183, § 494.A.
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) states that “feigning civilian or non-combatant status” is an example of perfidy. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 30, § 131.1, p. 63, § 234 and p. 90, § 222.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006) lists “feigning the status of a civilian or non-combatant” as an “act of perfidy”. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 183, § 494.A; see also p. 222, § 222.
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) notes that “feigning to have a protected status by using signs, emblems or uniforms … of neutral States or States not parties to the conflict” is an example of perfidy. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, pp. 63 and 64, § 234.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006) states that “feigning having protected status by using the signs, emblems or uniforms of … neutral States or other States not parties to the conflict” constitutes an act of perfidy. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p 183, § 494.A.