Related Rule
Cameroon
Practice Relating to Rule 47. Attacks against Persons Hors de Combat
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) provides:
The enemy hors de combat is defined as a combatant who, physically or morally, cannot continue to fight. The main rule to be observed at this moment is not to kill him but to preserve his life, provided he does not manifest any hostile intentions. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 63, § 233.2.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006) “strictly advises against ordering the extermination of an enemy hors de combat”. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 59, § 251 and p. 85, § 341.
The manual also states:
It is prohibited … to fire on, wound or kill an enemy combatant who surrenders or is captured or with whom a ceasefire has been concluded. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 256, § 612.
The manual further states that “an attack against a person hors de combat” constitutes a grave breach of IHL. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, pp. 295–296, § 661.
Cameroon’s Disciplinary Regulations (1975) provides that, under the laws and customs of war, it is prohibited “to fire at, injure or kill an enemy who surrenders or who is captured”, as well as “to refuse an unconditional surrender”. 
Cameroon, Règlement de discipline dans les Forces Armées, Décret No. 75/700, 6 November 1975, Article 32.
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) states: “All combatants who are unable to fight must be spared.” 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 30, § 132.
It further notes:
An enemy hors de combat may:
– raise his arm as an indication of surrender
– lay down his weapon
– display the white flag of parlementaires. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 32, § 132.22.
In addition, the manual specifies: “Captured enemy combatants are prisoners of war and shall not be attacked.” 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 96, § II.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006) states:
An enemy hors de combat can be defined as a combatant who … is unable to pursue combat by virtue of his capture, rendition, wounding or sickness. … [S]uch a person is not to be killed …, provided that he does not manifest any hostile intentions. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 183, § 493.A.
The manual, under the heading “Rules for Conduct in Combat”, also states: “Enemy combatants who surrender: spare them.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 31; see also pp. 51, 77, p. 103, § 372, p. 107, p. 147, §§ 431–432 and p. 149, § 432.
The manual further states: “It is prohibited … to fire on, wound or kill an enemy combatant who surrenders or is captured”. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 256, § 612.
The manual provides that an enemy hors de combat may signal his intention to surrender as follows:
- raise his arms as an indication of surrender;
- lay down his weapon;
- display a white flag. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, pp. 104–105, § 342; see also p. 149, § 432.
The manual also provides under the heading “The Rights of the Prisoner of War”: “He may not be attacked.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 35, § 141; see also p. 81, § 331 and p. 323.
The manual further states under the heading “The Wounded, Sick [and] Shipwrecked”: “In case of capture, they benefit from the treatment accorded to prisoners of war.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 117, § 392; see also p. 122, § 405 and p. 164, § 463.
The manual further states that in naval operations, “bombardment must cease if there is a manifest intention of the adversary to surrender”. 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 258, § 613.
Cameroon’s Disciplinary Regulations (2007) states:
Article 30: Definition
… In addition [to its use as the flag of parlementaires], the white flag is the symbol of the surrender of troops and engages the adversary to respect immediately the ceasefire rules; from that moment, the persons who surrender must receive the application of the provisions relative to prisoners of war.
Article 32: Prohibitions
It is prohibited to soldiers in combat:
- to fire at, injure or kill an enemy who surrenders or who is captured or with whom a suspension of combat has been concluded;
- to commit violence to life or person of the wounded, sick or shipwrecked, of prisoners, as well as of civilians, in particular murder of all kinds, mutilation, cruel treatment or torture;
- to refuse an unconditional surrender or to declare that no quarter will be given. 
Cameroon, Règlement de discipline générale dans les forces de défense, Décret N° 2007/199, Président de la République, 7 July 2007, Articles 30 and 32.