Related Rule
Cameroon
Practice Relating to Rule 116. Accounting for the Dead
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) states that, when the tactical situation permits, the dead should be buried after identification and medical examination. It also states: “All the dead must be listed.” 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 44, § 163(2) and p. 118, § 431(2).
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006) states: “If the tactical situation permits, and after identification, the dead must be buried, incinerated or buried at sea, as appropriate.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 122, § 403; see also p. 60, § 251, p. 85, § 341, p. 117, § 391, p. 159, § 452 and p. 164, § 463.
The manual further states: “In the case of [burial] at sea, the entire double [identity] disc must be retained.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 122, § 403; see also p. 164, § 463.
The manual, under the heading “The Case of Deceased Prisoners of War”, also provides that “[a]ll dead must be registered”. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 264, § 621.
Cameroon’s Instructor’s Manual (1992) states: “The graves shall be marked so that they can be easily found.” 
Cameroon, Droit international humanitaire et droit de la guerre, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les Forces Armées, Présidence de la République, Ministère de la Défense, Etat-major des Armées, Troisième Division, Edition 1992, p. 44, § 163(2).
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006), under the heading “The Dead”, states: “The graves must always be marked so that they can be easily found.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 122, § 403; see also p. 164, § 463 .
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006), under the heading “The Dead”, states: “The identity cards and discs [of deceased persons] must be retained. In the case of double [identity] discs, one half must remain with the body.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 122, § 403; see also p. 164, § 463.
The manual also states that “[t]he dead … may be incinerated after identification, and their ashes must be repatriated at the same time as their identity cards or discs”. 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 159, § 452.
Cameroon’s Instructor’s Manual (2006), under the heading “The Dead”, states: “The ashes and personal effects must be evacuated. A report must be written about the deceased and the measures subsequently taken.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 122, § 403; see also p. 164, § 463.
The manual also states: “Means of identification that have been taken from the dead or otherwise found (identity card, identity disc), must be passed through an appropriate channel (e.g. personnel channel) to the National Information Bureau.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 166, § 463; see also p. 124, § 404 and p. 137, § 412.
The manual further states: “The National Information Bureau in liaison with the responsible officer must establish exhaustive lists of all deceased prisoners of war.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 265, § 621.
The manual also provides: “After their death, the will of a prisoner of war must be transmitted without delay to the Protecting Power and a certified copy must be sent to the National Information Bureau.” 
Cameroon, Droit des conflits armés et droit international humanitaire, Manuel de l’instructeur en vigueur dans les forces de défense, Ministère de la Défense, Présidence de la République, Etat-major des Armées, 2006, p. 264, § 621.